Le Cercle 12 et le Cercle 48, les organisateurs, ont rassemblé trois mille brebis environ, une centaine de bovins, des chevaux et même un lama sur un contrefort du parc naturel des Grands Causses, à la limite de l’Aveyron et de la Lozère. Ils voulaient « représenter visuellement le nombre des animaux tués par le loup en France depuis quatre mois ».

Une prédation insupportable

Du 1er janvier au 31 juillet, 4 153 animaux ont en effet été prédatés par le loup en France, selon la Direction régionale de l’environnement de l’aménagement et du logement (Dreal) d’Auvergne Rhône-Alpes, chargée du dossier au niveau national.

« On ne peut pas supporter cette prédation. Il faut remettre à plat le plan loup », a indiqué Mélanie Brunet du Cercle 12 dans son discours devant les deux cents participants. Il s’agissait, en majorité, d’éleveurs venus de l’ensemble de la France, mais aussi de nombreux élus municipaux ou nationaux, ainsi que des représentants de la FNSEA et de la Coordination rurale.

AFP