Le 20 décembre 2019, l’association L214, opposée à l’élevage et à la consommation de viande, s’est insurgée, dans un communiqué publié sur son site internet, de la création de la cellule Demeter. Cette dernière est affectée à la protection des exploitations agricoles contre les intrusions. Cette cellule « de suivi des atteintes au monde agricole » a été présentée le 13 décembre 2019, en Bretagne, par le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner.

« J’ai demandé que l’antispécisme soit un des axes prioritaires du renseignement », avait-il déclaré lors de la visite d’un élevage porcin du Finistère en présence de représentants de la FNSEA et de JA. L’association antispéciste estime que le gouvernement entend « intimider les associations de défense des animaux ». À l’occasion de la présentation de la cellule Demeter, la gendarmerie a indiqué avoir recensé depuis le début de l’année « 14 498 faits » d’atteinte au monde agricole, en augmentation de « 1,5 % par rapport à l’année précédente ».

À lire aussi : Délinquance, un vol de tracteur par jour en France (16/12/19)

« Une menace pour les lanceurs d’alertes »

Selon L214, sur l’ensemble des faits enregistrés en 2019, « 64,5 % sont des vols (cambriolages, vols de tracteurs, de GPS, de carburant…) ». L214 reprend le chiffre évoqué en novembre par la FNSEA de « 41 intrusions » entre le 1er janvier et le 30 août 2019 dans des fermes par des militants antispécistes. Ce qui représente, selon l’association, un « échantillon » de 0,28 % « monté en épingle et associé à des actes de vandalisme sans rapport pour justifier un arsenal répressif démesuré ».

À lire aussi : Des milliers de dindes étouffées suite à des intrusions (19/04/2019)

Ces moyens visent à « faciliter les inculpations pour association de malfaiteurs : une infraction qui peut être punie de 10 ans de prison et jusqu’à 150 000 euros d’amende. C’est une véritable menace pour les lanceurs d’alerte », affirme l’association. « Le seul crime des associations est d’exposer publiquement ce que la FNSEA et l’industrie agroalimentaire […] ne voudraient pas qu’on voit, insiste Brigitte Gothière, cofondatrice de L214, dans le communiqué.

À lire aussi : Intrusions, les gendarmes reviennent dans les fermes (09/12/19)

AFP