Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Les syndicats unis contre le harcèlement des éleveurs

© H. Chaligne/GFA

La FNSEA, JA, la Confédération paysanne et la Coordination rurale réclament le respect des éleveuses et des éleveurs.

Les végans, personnes qui ont un régime alimentaire sans viande ni produits animaux, auront réussi quelque chose d’unique : provoquer un front commun des syndicats agricoles contre eux. La goutte d’eau qui a fait déborder le vase aura été en fait une goutte de sang : la projection de poches de faux sang, lors du weekend d’ouverture du Sia, sur le stand d’Interbev par des militants d’association de défense animale.

Ras le bol

Lundi dernier, sur ce même stand, face à Bernard Cazeneuve, Premier ministre, Jeremy Decerle, président de Jeunes Agriculteurs, a exprimé son ras-le-bol et celui de la profession devant « ces minoritaires qui veulent prendre le pouvoir sur le sujet de la viande, qui prennent les citoyens à partie et ne respectent pas notre métier d’éleveurs ».

Les autres syndicats agricoles se sont immédiatement retrouvés sur la même longueur d’onde. Et ont publié ce jeudi 2 mars 2017 un communiqué titré : « Front commun pour le respect des éleveuses et des éleveurs », signé donc de Jeunes Agriculteurs, de la Coordination rurale, de la FNSEA et de la Confédération paysanne.

Des poches de faux sang jetées sur le stand d’Interbev

Christiane Lambert, présidente par intérim de la FNSEA, s’en explique : « Huit personnes tout au plus ont projeté ces poches de sang. Mais sous couvert de régime végan, ils veulent en réalité l’arrêt de l’élevage. Les éleveurs, déjà essorés par les crises, n’en peuvent plus de ces attitudes quasi-sectaires ».

Bernard Lannes, de la Coordination rurale, ne dénie pas à ceux qui le veulent le droit de manger végan tout en s’interrogeant sur le risque de ces pratiques alimentaires sur la santé des jeunes. « Mais comment des ultraminoritaires peuvent-ils en démocratie imposer leurs délires à une large majorité ? » Il a réclamé au Premier Ministre une enquête parlementaire sur ces associations.

« Tous les syndicats reprennent les mêmes arguments face à ces attaques », souligne Laurent Pinatel, de la Confédération paysanne. « Les éleveurs sont agressés dans leur métier. Non : éleveur n’est pas égal à tueur », s’exclame-t-il.

Front commun

Tous reprochent à plusieurs associations végans de transformer le salon en « une occasion de choix d’intensifier leur campagne de culpabilisation des consommateurs et de stigmatisation des éleveurs ». Les syndicats ne dénoncent pas le véganisme (chacun choisit), mais estiment que « le prosélytisme orchestré autour du véganisme n’est pas acceptable ».

Les syndicats ne minimisent pas les abus qui existent dans certains abattoirs et les dénoncent. Mais ils soulignent que ces associations « prônent l’arrêt de l’élevage ». Ils rappellent le travail des éleveurs qui entretiennent 13 millions d’hectares de prairies, « joyaux de biodiversité et puits de carbone irremplaçables ». Ils dénoncent cette « minorité de provocateurs » qui agissent au Salon de l’agriculture. « Nous, syndicats agricoles, demandons ensemble le respect de nos métiers », concluait le communiqué de presse.

Marie-Gabrielle Miossec

Contre manifestation devant l’abattoir à Houdan

Les associations de défense animale organisent aujourd’hui à 17h00 « un rassemblement symbolique et de recueillement. Il n’y aura pas de slogan ni de sono mais des bougies, banderoles (non associatives), dessins à la craie, lecture de poèmes et de textes, » annoncent les organisateurs. « Les personnes présentes pourront prendre la parole si elles le souhaitent. »

Face à ce rassemblement, la FDSEA et les JA d’Île-de-France appellent à une mobilisation au même moment devant cet abattoir qui « représente des emplois en zone rurale et une filière courte de qualité ».

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 3 commentaires
jose.leconte@wanadoo.fr

Les anti-viandes aiment mieux " bouffé des compléments de merde" pour remplacer la viande eux même quand ils étaient plus jeunes, ils ont mangé de la viande. Aujourd'hui quelles conséquences aurait il dans l'avenir à ne plus manger de viande dés le plus jeunes ages.

GILBERT LIENARD

Que dire de l'émission de FR 5 mardi 28 02 sur "La fin de la souffrance animale ? ", où L 2014 a développé et imposé sa thèse : suppression de la consommation de tous les produits animaux. Pas un mot des prairies.... Pour la vitamine B 12, pas de problème , on remplace le sang de la viande par les pilules synthétiques... Même le lait produit à l'herbe des vaches, chèvres, brebis, chamelles, yacks et même juments serait retiré aux enfants... on se perd.

CLAUDE CORROYER

l homme est omnivore de tout temps la majorite des humains ont mange de la viande , je pense comme l 'alliance des syndicats agricoles au passage que je salut ,il faut que le gourvernement prenne ses responsabilite ,ses associations vont trop loin et n 'ont qu'uns seul but , propager le doute aux consommateur de manger de la viande et cela est intolerable pour nous eleveur

En direct
Afficher toutes les actualités
À lire également