Les FRSEA de la Bretagne, de la Normandie et des Pays de la Loire s’associent dans un communiqué de presse diffusé ce 21 septembre 2017, pour condamner les actions des associations anti-viande. Elles appellent les acteurs des filières de la viande à réagir à leurs côtés. Selon les syndicats, « en distillant leurs thèses extrémistes, en utilisant des méthodes illégales, en faisant croire qu’ils se préoccupent du bien-être animal – ce que les éleveurs font mieux que quiconque – ces militants veulent en fait la mort des élevages ; ils veulent donc la disparition des éleveurs et de l’agriculture. »

Un rôle dans l’économie agricole

Ce communiqué défend les élevages de l’Ouest. Les trois FRSEA rappellent notamment que plus de 60 % des exploitations de la région ouest sont des élevages, qui contribuent à l’emploi de 80 000 personnes dans les industries agroalimentaires. « L’agriculture et l’agroalimentaire représentent 50 milliards d’euros de chiffre d’affaires dans l’Ouest, dont les deux tiers liés aux élevages, indique le communiqué. 10 % de ces richesses produites sont exportées, contribuant au rayonnement et à l’économie de la France. » Les syndicats insistent sur le rôle des éleveurs dans l’économie agricole et la biodiversité, et défendent la qualité sanitaire et nutritionnelle de la production.

« Imposer son choix individuel »

« Qu’ils soient végétariens, végétaliens ou végans, ce n’est pas un problème pour nous, lancent les syndicats. C’est leur liberté – ce que nous respectons profondément – et d’ailleurs les agriculteurs de l’Ouest produisent pour eux des fruits, légumes, quinoa, sarrasin, etc. ! Le problème, c’est de vouloir imposer son choix individuel de vie à la société toute entière ; c’est de faire du prosélytisme ; c’est de penser que parce qu’on est ultra-minoritaire, on a forcément raison ; c’est de se prendre pour des lanceurs d’alerte, alors qu’ils ne sont que des lanceurs de peur, de mépris, de dénigrement ! »