« Une certaine opacité entoure les industries de la nutrition animale et fait naître un sentiment de méfiance, estime Ann-Gaël Béard, de l’association de consommateurs CLCV (1). La crise de la vache folle n’a fait qu’empirer les choses. » Pour cette représentante des consommateurs, la confiance se gagnera par l’information et la transparence.
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
Si vous êtes abonné, cliquez ici pour vous connecter et poursuivre la lecture
22%

Vous avez parcouru 22% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !