Un arrêté du 7 mai 2018, publié au Journal officiel du 12 mai, fixe les conditions d’accès aux aides couplées animales pour la filière bovine, pour la campagne de 2018. Le document rappelle que les demandes d’aide laitière (ABL), d’aide aux bovins allaitants (ABA), d’aides aux veaux sous la mère et aux veaux bio (AVSL) doivent être déposées avant le 15 mai 2018.
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
34%

Vous avez parcouru 34% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !

Un arrêté du 7 mai 2018, publié au Journal officiel du 12 mai, fixe les conditions d’accès aux aides couplées animales pour la filière bovine, pour la campagne de 2018. Le document rappelle que les demandes d’aide laitière (ABL), d’aide aux bovins allaitants (ABA), d’aides aux veaux sous la mère et aux veaux bio (AVSL) doivent être déposées avant le 15 mai 2018.

Après cette date, une pénalité, de 1 % par jour de retard, s’applique sur le montant de l’aide versée. Les dépôts tardifs sont possibles jusqu’au 11 juin 2018. La période de détention obligatoire des animaux pour l’ABL et l’ABA est de six mois. Elle débute le lendemain de la date de dépôt de la demande d’aides ou au plus tard le 15 mai 2018 (en cas de dépôt tardif).

Au moins 3 vaches pour l’ABA

Pour être éligible à l’aide aux bovins allaitants, le demandeur doit détenir au moins 10 UGB (vaches ou brebis ou chèvres) dont au moins 3 vaches primables. Le nombre de vaches primées est calculé automatiquement pour que le ratio de productivité soit de 0,8 veau par vache (0,6 pour les cheptels transhumants). Les veaux pris en compte dans le calcul sont ceux nés sur l’exploitation et présents au moins 90 jours sur les 15 mois précédant le début de la période de détention obligatoire.

Pour être éligible à l’aide laitière, le demandeur doit être producteur de lait et avoir produit du lait entre le 1er avril 2017 et le 31 mars 2018. Pour rappel, en 2018, l’aide laitière complémentaire a été supprimée.

Marie Salset