« Deux raisons ont motivé la mise en place de cette grille, explique Alexandre Merle, le président d’Interbev veaux. D’abord des inspecteurs sanitaires qui notent les veaux à l’abattoir avec la grille utilisée pour les gros bovins, et le développement des produits transformés, comme les boulettes ou le carpaccio », qui exigent des carcasses irréprochables que le plan bactériologique.
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
Si vous êtes abonné, cliquez ici pour vous connecter et poursuivre la lecture
16%

Vous avez parcouru 16% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !