La justice, qui devait se prononcer mercredi dans l'affaire opposant un éleveur du Calvados, Gilles Hébert, à RTE, une filiale d'EDF, a « prorogé sa décision » au 9 mai 2012.

Installé à 150 mètres d'une ligne à très haute tension (THT), Gilles Hébert réclame 361.000 euros de dédommagement, persuadé que la ligne THT rend ses vaches malades. Il enregistre une mortalité importante et est obligé de jeter du lait fréquemment en raison de problèmes sanitaires.

Selon RTE, les problèmes résultent de l'installation électrique interne à la ferme en l'absence de « mise à la terre de l'ensemble » de l'exploitation, non obligatoire mais conseillée.

Rappelons qu'en mai 2011, la Cour de cassation a confirmé un arrêt de la cour d'appel de Limoges cassant la seule décision de justice donnant raison à un agriculteur dans une affaire opposant la famille Marcouyoux, de Latronche (Corrèze), à RTE.

Ce procès intervient à Caen alors que le chantier de la ligne THT Cotentin-Maine est fortement contesté. Mercredi matin, une vingtaine de militants ont d'ailleurs bloqué pendant deux heures environ dans la Manche, près de Villedieu-les-Poêles, un site de stockage de matériel pour les chantiers de cette THT.