L'Ademe (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie) a rendu publique, le 16 décembre 2013, une étude prospective intitulée « Analyse du potentiel de 10 actions de réduction des émissions d'ammoniac des élevages français à l'horizon de 2020 et 2030 » (1). La France est le pays de l'UE qui émet le plus d'ammoniac dans l'atmosphère. » Or, 97 % des émissions nationales sont générées par le secteur agricole, en particulier l'élevage (75 % des émissions).

« L'étude confirme un potentiel notable de réduction des émissions d'ammoniac de l'élevage en France, notamment en travaillant sur les mesures à l'épandage et au postépandage [...]. Les postes d'émission au bâtiment et au stockage apparaissent certes comme des leviers inférieurs pour réduire ces émissions mais peuvent constituer des enjeux au niveau local. De ce fait, la réduction des émissions au bâtiment et au stockage ne doit pas être occultée. »

« Peu de pratiques présentent des rapports coût/efficacité négatifs, en dehors des actions sur l'alimentation (la mise en place de ces pratiques conduit à l'économie de concentrés et de fourrages), ou nuls, en dehors des pratiques d'évacuation rapide des lisiers par procédé gravitaire en bâtiment porcin et la couverture naturelle des fosses à lisier. »

« Dans le cas de la prise en compte des économies potentielles d'azote minéral, les rapports coût/efficacité de certaines pratiques, en particulier à l'épandage, peuvent passer dans le négatif en raison d'une meilleure valorisation de l'azote organique dans les cultures. »

_____

(1) Etude réalisée par le consortium formé du Citepa, de l'Institut de l'élevage (Idele), l'Ifip-Institut du Porc et l'Itavi d'identifier dix actions ayant le meilleur rapport coût/efficacité pour réduire les émissions d'ammoniac à l'échelle de la France à l'horizon de 2020 et 2030.

A télécharger :

  • L'étude de l'Ademe « Analyse du potentiel de dix actions de réduction des émissions d'ammoniac des élevages français à l'horizon de 2020 et 2030 »
E.C.