Le ministre de l'Agriculture, Bruno Le Maire, a estimé samedi, à la veille de la fermeture de la 48e édition du Salon de l'agriculture, que les principales difficultés du secteur agricole sont dans l'élevage. Il souhaite mettre en place des « mesures structurelles ».

La 48ème édition du salon de l'agriculture « a été un bon salon. Les paysans reprennent confiance dans l'agriculture, ce qui n'était pas le cas l'année dernière quand il y avait de vraies interrogations sur l'avenir du secteur », a déclaré Bruno Le Maire.

Il reste toutefois des « points noirs et des difficultés » dans l'élevage bovin et porcin, selon le ministre qui s'est dit « totalement déterminé » à soutenir le secteur.

« Il y a urgence absolue à soutenir les éleveurs. Les réponses ne peuvent être que structurelles et chacun doit jouer le jeu. Je serai très ferme sur ce sujet », a ajouté Bruno Le Maire.

« Je souhaite que l'on ait des résultats très concrets » sur les contrats interfilières (entre les éleveurs et les céréaliers), sur la compétitivité de la filière et « sur l'indexation des prix alimentaires », a-t-il encore dit.

« Tout le monde est prêt à travailler avec le ministre de l'Agriculture, c'est une bonne nouvelle », a-t-il ajouté. « Chacun est conscient qu'il faut des mesures structurelles et pas uniquement des mesures de soutien conjoncturelles. C'est quelque chose de nouveau », a affirmé le ministre.

Sur le dispositif de répercussion des matières premières sur les prix de l'alimentation « là aussi il y a des réflexions en cours et certains acteurs de la grande distribution sont prêts à réfléchir à ce sujet ». « Je serai très déterminé car j'ai vu des éleveurs désespérés », a-t-il ajouté.