Les 20 000 exploitations menacées « sont celles qui ont été modernisées, et qui sont cisaillées par le poids des investissements et la chute des cours de la viande », a déclaré M. Fleury à l’AFP lors d’un entretien dans le cadre du Sommet de l’élevage, près de Clermont-Ferrand. Il s’exprimait au lendemain de l’annonce du plan d’aide à l’agriculture par le gouvernement, qui « n’a pas été accepté par la filière de la viande », selon lui.

M. Fleury venait de rencontrer le commissaire européen à l’Agriculture, Phil Hogan, qui a tenté de rassurer la profession. « Nous avons proposé au commissaire européen Phil Hogan une solution européenne pour essayer d’endiguer cette nouvelle crise agricole, qui découle directement de la crise du lait démarrée depuis la levée des quotas en 2015 », a ajouté M. Fleury.

Selon lui, dans toute l’Europe, « un million de vaches laitières de plus qu’en 2015 » vont être abattues en 2016, afin de réduire de façon draconienne la production de lait et soutenir les cours. Cette arrivée massive de vaches sur le marché de la viande pèse à son tour sur les cours, qui s’effondrent par effet de domino.

« Nous avons donc proposé une aide humanitaire européenne sur les théâtres de conflit sous la forme de corned-beef », a-t-il ajouté. « Les modalités sont à déterminer, mais nous espérons que ce sujet sera abordé lors du conseil européen de l’agriculture le 10 octobre » a-t-il dit.

AFP