Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Les animaux entrent en politique

Élection présidentielle
 - Les animaux entrent en politique
© Cédric Faimali/GFA © Cédric Faimali/GFA

26 organisations de protection animale ont créé un collectif pour s’adresser d’une seule voix aux candidats à la présidentielle puis aux futurs députés.

Faisant suite à un colloque organisé en juin par deux députées, Laurence Abeille et Geneviève Gaillard, 26 associations de protection animale ont décidé de former le collectif « Animal politique ». Celui-ci a dévoilé ce mardi 22 novembre à Paris 30 propositions. Elles ont été écrites pour « faire enfin entrer la question animale dans les débats politiques qui vont avoir lieu en 2017, élection présidentielle et au-delà élections des députés », selon la députée Laurence Abeille. Lucille Peget, coordinatrice du projet, précise : « La société est en avance sur les hommes politiques. »

Geneviève Gaillard, qui avait déposé une proposition de loi sur le statut de l’animal en 2014, espère quant à elle vaincre l’omerta qu’imposeraient les lobbys (chasse, viande…) auprès des élus. « Hier, la société ne savait pas. Aujourd’hui, les pratiques qui sont remises en cause sont connues. Il y a des agriculteurs qui font très bien leur travail. Moi je consomme de la viande, mais je veux manger la viande d’un animal élevé et abattu dans de bonnes conditions. »

Créer un organe pour les animaux, indépendant du ministère de l’Agriculture

Ces 30 propositions ont été réparties en six chapitres : animaux d’élevage, expérimentation animale, divertissements et spectacles, animaux de compagnie, faune sauvage et animal et société.

Du côté de l’élevage, on retrouve des demandes souvent avancées : favoriser l’élevage en plein air, interdire les cages, arrêter des pratiques douloureuses comme la castration, l’écornage ou le gavage, limiter la durée des transports d’animaux vivants, en interdire l’exportation, étourdir systématiquement les animaux dans les abattoirs, faire évoluer les pratiques alimentaires.

Le collectif demande ensuite d’étendre le statut « d’être vivant doué de sensibilité » à la faune sauvage, exclue de cette définition. Il veut aussi interdire les pratiques « barbares » infligés aux animaux sauvages (la chasse est particulièrement visée). Il est aussi question de demander d’interdire la chasse du dimanche et de favoriser le retour naturel des grands prédateurs.

Enfin, du côté de la « société », le collectif réclame le renforcement de la protection des lanceurs d’alerte. Il veut aussi que les associations de défense animale puissent se porter partie civile pour toutes les infractions sur les animaux. Enfin, il souhaite la création d’un organe autonome pour les animaux, indépendant du ministère de l’Agriculture.

Les positions extrêmes attendues de certaines associations (interdiction totale de la chasse, fin de l’élevage et de la consommation de la viande) ne font pas partie du catalogue. Il s’agit, selon les initiateurs du manifeste, de propositions qui ont une chance de rencontrer un écho favorable chez les élus.

Le collectif devrait publier dès que possible un baromètre des réactions des élus, un peu à l’image de ce que pratique déjà l’association L214.

Les médias suivent
© Cédric FAIMALI/GFA

Christophe Marie, de la fondation Brigitte Bardot, explique la stratégie : les associations de défense animale ont réussi à intéresser les médias de grand public à leur vision de la cause animale. Du coup, les politiques que cela ne passionnait pas toujours commencent à s’y intéresser. La présence de personnalités connues lors de ce lancement accrédite cette démarche : le moine bouddhiste Mathieu Ricard à la tribune reprend sous les applaudissements sa phrase rituelle (Lamartine) : « On n’a pas deux cœurs, l’un pour l’homme, l’autre pour l’animal… On a du cœur ou on n’en a pas. » Dans la salle, on reconnaît les leaders des principales associations, mais aussi l’actrice Hélène de Fougerolles, les incontournables Franz-Olivier Giesbert et Alain Bougrain-Dubourg, la créatrice Lolita Lempicka, Samaha Sam, la chanteuse du groupe Shaka Ponk.

Marie-Gabrielle Miossec
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct

Dans la même rubrique

Nos dernières vidéos

Sélectionné pour vous

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Déguster et améliorer son vin 

39€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

INDEX ACTA BIOCONTRÔLE 2019

36€

Disponible

AJOUTER AU PANIER