Dans son dernier bilan sur l’état des nappes en France, paru ce 19 juin 2017, le BRGM (Bureau de recherches géologiques et minières) montre qu’au 1er juin 2017, un tiers seulement du territoire a pu bénéficier de la recharge hivernale habituellement observée à cette date.

66 % des nappes en baisse

La tendance d’évolution du niveau des nappes traduit le passage progressif vers les basses eaux avec les deux tiers des points (66 %) orientés à la baisse. Le phénomène s’est fortement accéléré en avril et en mai puisqu’au 1er juin, seuls 10 % des points sont en hausse alors qu’ils étaient encore 66 % au 1er avril.

Les pluies de la période novembre à avril qui, habituellement, permettent d’assurer la recharge hivernale n’ont rempli que partiellement leur rôle de remplissage des nappes cette année.

Pour la plus grande partie du territoire, les niveaux des nappes sont inférieurs à la normale. Quelques rares secteurs présentent cependant des niveaux moins déficitaires, autour de la moyenne :

  • les aquifères karstiques des régions de Nîmes et Montpellier,
  • la nappe de la craie de Bourgogne et du Gâtinais au sud du Bassin parisien,
  • les nappes alluviales de Corse, sur la partie est de l’île.

De nombreux secteurs présentent des situations moins favorables, avec des niveaux bas, voire très bas, par rapport aux moyennes, comme :

  • la nappe de la craie champenoise,
  • toutes les nappes du bassin Adour Garonne,
  • les aquifères de la vallée du Rhône, amont et aval,
  • la nappe des calcaires jurassiques de Lorraine.
F.M.