L'Italie, la Hongrie et l'Autriche se sont prononcées officiellement à la fin de la semaine dernière contre la libéralisation des droits de plantation, programmée par les instances européennes pour la fin de 2015. Après l'Allemagne, en mars 2010, et la France, en janvier 2011, ces annonces ont de quoi réjouir la Fédération européenne des vins d'origine (Efow).

La première annonce a eu lieu lors du salon Vinitaly, à Vérone, le 7 avril. Le ministre de l'Agriculture italien, Saverio Romano, et l'ancien ministre aujourd'hui président de la région Veneto, Luca Zaia, ont affiché leur soutien au système des droits de plantation. Le premier a notamment déclaré qu'il avait « un objectif clair : éliminer la norme qui concerne la libération des droits ».

Quelques jours plus tard, le 10 avril, à Vienne, c'est au tour de Sandor Fazekas et Nikolaus Berlakovich, respectivement ministres de l'Agriculture de la Hongrie et de l'Autriche, de rallier la position de leurs homologues français, allemand et italien.

Pour Riccardo Ricci Curbastro, président d'Efow : « Cette accélération dans la prise de position est très encourageante et doit constituer un signal fort pour la Commission. Le signal étant que la filière est déterminée à empêcher la dérégulation totale du secteur. »

Rappelons que pour infléchir la politique à Bruxelles, il va falloir obtenir une majorité sur les 27 Etats membres que compte l'Union européenne...

Lire également :

A.A.