Si à l'heure de la déclaration Pac du 15 mai 2008 les surfaces gelées auront disparu dans certaines exploitations, les DPU «jachère», eux, demeureront. Ils pourront être activés sur des surfaces considérées comme éligibles dans la déclaration Pac au 15 mai 2003 et implantées en cultures admissibles (exemples: céréales, prairies temporaires, betteraves, cerises bigarreaux et légumes destinés à l'industrie, melons, endives, oignons, choux à inflorescence, autrement dit choux-fleurs, brocolis et choux Romanesco). Il y a donc deux critères à remplir.

Comme en 2007, tous les DPU «jachère» devront être activés en priorité sur les hectares admissibles aux DPU (depuis cette année, certains hectares implantés en fruits et légumes sont admissibles) et éligibles (hors prairies permanentes, cultures pérennes...).

L'exploitant devra choisir sur quels hectares il souhaite les activer. Il faut donc bien réfléchir à l'ordre d'activation qui sera le moins pénalisant. Ainsi, les DPU «jachère» devront être activés d'abord sur les hectares qui ne sont pas admissibles à l'aide couplée, comme les betteraves, les endives, les choux-fleurs ou les prairies permanentes. Aucune aide couplée, y compris l'aide aux cultures énergétiques (ACE) ou le supplément blé dur, n'est compatible avec les DPU «jachère».

En remplissant la déclaration «S2» en mai 2008, les cultures devront être qualifiées très précisément.

Par exemple, le blé devra être déclaré "blé" même si c'est un hectare sur lequel un DPU «jachère» est activé. Si un hectare est déclaré en gel alors qu'il est implanté en blé, en cas de contrôle, l'Administration s'attendra à ce que l'agriculteur respecte toutes les obligations attachées à la jachère.

Une seule exception: si l'exploitant a implanté des hectares en jachère industrielle pour déroger à l'obligation de couvert environnemental, il devra le justifier.

A.D.