Le plan de continuation du groupe Doux (volaille), en redressement judiciaire depuis juin 2012, a été validé vendredi par le tribunal de commerce de Quimper, au terme d'une procédure de 18 mois. Une décision aussitôt saluée par les ministres de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire.

Mardi dernier, les dirigeants de Doux avaient présenté aux juges leur plan de continuation de l'activité, qui prévoit notamment l'entrée au capital du groupe saoudien Almunajem et de la holding de la famille Calmels D&P.

Le groupe volailler emploie encore 2.100 personnes après s'être séparé de son pôle frais, sacrifiant près d'un millier d'emplois.

« De nouvelles perspectives pour le grand export » (ministres)

L'homologation du plan de continuation du groupe Doux « marque une nouvelle étape importante pour le groupe, pour ses salariés et pour toute la filière avicole. La sortie du redressement judiciaire et l'annonce de l'entrée au capital au début de 2014 du groupe saoudien Al Munajem ouvrent de nouvelles perspectives pour la filière avicole de grande exportation », font valoir les ministres de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire, Stéphane Le Foll et Guillaume Garot, dans un communiqué.

« Comme il l'a fait depuis mai 2012, le gouvernement continuera à se mobiliser pour créer les conditions permettant la réussite du plan de continuation, la préservation de l'emploi au sein du groupe Doux et le maintien d'une filière de grande exportation. »

« La semaine dernière, à l'occasion du rendez-vous avec la Commission européenne, des perspectives ont été tracées pour : accompagner des investissements dans les élevages et les outils de transformation pour gagner en compétitivité, mettre en place des dispositifs spécifiques pour l'année 2014 pour assurer la transition vers un nouveau modèle pour la filière d'exportation. »

« Dans les prochaines semaines, le gouvernement travaillera activement à la bonne mise en place de ces outils, et suivra attentivement la situation des deux opérateurs à l'exportation, Doux et Tilly Sabco. » 

« Le gouvernement continuera par ailleurs à tout mettre en oeuvre pour que les salariés licenciés pendant la procédure judiciaire du groupe Doux puissent retrouver un emploi », conclut le communiqué.