Bruxelles a indiqué vendredi que 5 milliards d'euros au total vont être injectés dans les programmes de développement rural au sein de l'Union européenne, à la suite du dernier vote sur les modifications au titre du bilan de santé de la Pac et du plan de relance. La France récupère près d'un cinquième de ce fonds attribué par la Commission européenne.

« Entre les mois d'octobre 2009 et de janvier 2010, tous les programmes de développement rural ont été modifiés, et un montant complémentaire d'environ 5 milliards d'euros est maintenant prêt à être investi dans l'agriculture, dans l'environnement et dans les infrastructures à large bande en milieu rural », précise la Commission européenne dans son communiqué.

Le comité pour le développement rural de la Commission européenne a approuvé la dernière vague de propositions des États membres et des Régions concernant l'utilisation du financement disponible dans le cadre du plan européen de relance économique et du bilan de santé de la Pac, ainsi qu'au titre d'autres transferts au sein de la Pac, a indiqué la Commission européenne.

« Ce financement doit permettre d'apporter une réponse à des problèmes tels que la crise économique et laitière et le changement climatique », prévient Bruxelles.

La majeure partie des fonds sera consacrée à la biodiversité (31,2 % du total, soit 1,5 milliard d'euros) et de la gestion de l'eau (26,9 %, soit 1,3 milliard d'euros).

La restructuration du secteur laitier bénéficie de 14,5 % du budget total (0,7 milliard).

Les mesures liées au changement climatique représentent 14,2 % (0,7 milliard) de ce budget, alors que le soutien aux énergies renouvelables se voit octroyer 5,6 % du financement complémentaire (0,3 milliard d'euros).

Le développement des infrastructures à large bande (internet, NDLR) reste une question importante pour les zones rurales, souligne la Commission européenne. Les États membres ont donc décidé de consacrer à ces infrastructures 35 % des fonds disponibles au titre du plan de relance de l'UE, soit 360,4 millions d'euros sur un total de 1 milliard d'euros.

L'investissement pour la France, après approbation des dernières modifications des programmes de développement rural en janvier, qui concernent l'île de la Réunion et la Corse pour un peu plus de 13 millions d'euros, s'élève à près de 1 milliard d'euros pour des programmes liés au changement climatique, aux énergies renouvelables, à la gestion de l'eau et à la biodiversité, ainsi qu'aux infrastructures à large bande.

B.V.