« Nous avons besoin d’une révolution dans notre système alimentaire, sinon nous risquons de déstabiliser notre planète. Le nouveau Food Planet Prize est conçu pour contribuer à cet objectif », a déclaré, le 20 février 2020, dans un communiqué Johan Rockström, climatologue suédois et directeur de l’Institut de recherche de Potsdam sur les effets du changement climatique (PIK), qui coprésidera le jury des deux prix créés pour récompenser les solutions alimentaires durables.

> À lire aussi : L’assurance récolte comme outil vers une transition durable (31/01/2020)

Deux prix dotés d’1 million de dollars

Ces deux prix seront décernés chaque année, l’un pour « une solution existante et modulable pour une alimentation durable », le second pour « des initiatives innovantes qui pourraient transformer le secteur alimentaire mondial », a détaillé la Fondation Curt Bergfors, à l’origine de l’initiative. Les premiers prix seront décernés dans le courant de l’année, ils sont dotés d’1 million de dollars.

La population mondiale, qui compte actuellement 7,8 milliards d’habitants, devrait atteindre les 10 milliards d’ici 2050. Nourrir autant de personnes de façon « durable » implique une transformation de la production agricole (agroécologie, meilleure gestion de l’eau) mais aussi des habitudes de consommation (régime alimentaire, gaspillage), souligne les experts.

> À lire aussi : Terres agricoles et sécurité alimentaire « Le sol, clé de l’avenir de la planète » (08/08/2019)

Une difficile réalisation des objectifs de développement durable

« Il est possible de nourrir 10 milliards de personnes avec une alimentation saine, tout en maintenant une biosphère prospère. Nous voulons que le Food Planet Prize reconnaisse les solutions les plus importantes pouvant être rapidement mises en œuvre », a expliqué Line Gordon, directrice du Stockholm Resilience Centre et coprésidente du jury, citée dans un communiqué conjoint.

Après des décennies de baisse, la sous-alimentation a repris de la vigueur depuis 2015, notamment à cause des conflits et du réchauffement climatique, ce qui rend plus difficile la réalisation de l’objectif (objectif de développement durable ou ODD) fixé par les Nations unies d’éliminer la faim d’ici 2030. Quelque 820 millions de personnes souffrent actuellement de la faim.

> À lire aussi : La faim s’étend pour la troisième année consécutive (16/07/2019)

> À lire aussi : Changement climatique, 6 à 7°C en plus à l’horizon de 2100 (19/09/2019)

AFP