« Avec la sécheresse, il est déjà difficile de déterminer si les traces qu’on aperçoit sont bien celles des arbres », constate Romain Mandier, associé du cabinet de géomètres VR3D. C’est lui qui a proposé au ministre de l’Agriculture, lors de son passage dès le lendemain de la tempête, de réaliser l’expertise des dégâts avec une escadrille de drones pour...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
16%

Vous avez parcouru 16% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !