« Produire autrement c’est aussi changer de modèle agricole et ce n’est pas céder à un quelconque bashing que de le dire », a déclaré la ministre de la Transition écologique, Elisabeth Borne, lors de ses vœux à la presse le 17 janvier à Paris, évoquant les transformations nécessaires face au défi écologique et climatique.

Pour elle, « ce modèle a eu ses vertus mais il est arrivé à bout de souffle, il bouscule la nature et il enferme tellement d’agriculteurs dans une impasse ».

« Un autre modèle est possible, les faits sont là. De plus en plus d’agriculteurs le revendiquent et s’engagent sur cette autre voie avec moins d’intrants, plus de qualité, une proximité retrouvée avec les consommateurs et des revenus au rendez-vous », a-t-elle développé.

Le levier de la prochaine Pac

« La future politique agricole commune constitue un levier essentiel, je souhaite qu’elle intègre davantage la reconnaissance des exigences environnementales », a-t-elle encore dit.

« C’est le sens des paiements pour services environnementaux qu’on porte pour la future politique agricole commune », a ajouté la ministre de la Transition écologique, qui a évoqué le souhait de la France de mener des expérimentations sur ces paiements pour services environnementaux, attendant sur ce point le retour de la Commission européenne en février.

Souhaitant développer des labels bas carbone, accompagner des agriculteurs qui prennent des risques, Elisabeth Borne a estimé que « l’agriculture est une des clés de notre réussite de transition écologique ».

Voir aussi : L’élevage fait son entrée sur le marché du carbone (26/09/2019)

Voir aussi : Label bas carbone : Les grandes cultures se lancent dans la démarche (06/12/2019)

AFP