Pour la première fois depuis 2007, les défaillances annuelles de l’ensemble des entreprises s’effondrent en dessous de 60 000 à 58 000 défaillances, soit une baisse de 8,3 % en un an, selon Thierry Millon, directeur des études au cabinet Altares (1). Ces défaillances regroupent les sauvegardes, les redressements judiciaires et les liquidations judiciaires. Les liquidations judiciaires directes retombent sous le seuil des 40 000 pour la première fois depuis 2008 (38 000).

L’agriculture à l’écart d’une meilleure conjoncture

Mais toujours, selon Thierry Million, sans surprise, l’agriculture reste à l’écart de cette meilleure conjoncture. Ce secteur affiche un nombre de défaillances en augmentation de 4 % dont 8 % pour l’élevage (+30 % en lait et +83 % en porcs). Sur les 1 416 dossiers du secteur agricole, 65 sont en procédure de sauvegarde, 715 en redressement judiciaire et 636 en liquidation judiciaire. Il est à noter que, si sur l’ensemble des dossiers des entreprises tous secteurs confondus, les deux tiers vont directement en liquidation judiciaire, l’agriculture enregistre 45 % de liquidation, 50 % de redressement judiciaire et 5 % de sauvegarde.

Si on écarte les dossiers en sauvegarde (65 en tout), il reste 1 351 dossiers agricoles en redressement judiciaire ou en liquidation. Dans cette liste, 585 dossiers relèvent de l’élevage dont 129 en lait, 106 en bovins à viande, 48 en ovins et caprins, 53 en porcs et 46 en volaille. En culture, on compte 517 dossiers dont 140 en riz, 101 en vigne, 89 en légumes et 33 en fruits. Enfin, 249 concernent la chasse, la pêche et la forêt.

M.-G. Miossec

(1) L’enquête d’Altares sur les défaillances d’entreprise est menée chaque trimestre. Le cabinet Altares collecte l’ensemble des jugements auprès des greffes des tribunaux de commerce ou des tribunaux d’instance ou de grande instance.