La Banque de France recense 1.391 défaillances d'entreprises agricoles sur les douze mois achevés en août 2015, soit 0,9 % de plus qu'au cours de l'année précédente.

Le nombre de défaillances d'entreprises en France a globalement reculé de 0,6% sur les douze mois achevés en août 2015, grâce à une baisse enregistrée notamment dans les secteurs des transports, de l'industrie et du commerce, indique la Banque de France dans une publication diffusée le 6 novembre.

L'institution dénombre 62.863 défaillances sur cette période, contre 63.230 cas enregistrées sur les douze mois précédents. La Banque de France indique également que, « selon des données encore provisoires, cette baisse se poursuivrait » sur les douze mois achevés en septembre, avec une baisse évaluée à 1%.

Les microentreprises souffrent le plus

A la fin août 2015, « les défaillances cumulées sur 12 mois continuent de baisser dans le transport (-12,7%), le soutien aux entreprises (-5,1%), l'information et communication (-4,9%), l'industrie (-3,5%) ainsi que dans le commerce (-2,7%) », alors qu'elles restent stables dans la construction. En revanche, « le cumul des défaillances augmente dans l'hébergement et restauration (+6,2%), l'enseignement, santé, action sociale et services aux ménages (+4,9%), les activités immobilières (+1,0%) et l'agriculture (+0,9%) ».

Enfin, par taille d'entreprises, « les défaillances cumulées progressent de +0,3% dans les microentreprises », précise la Banque de France, alors qu'elles sont en recul « de 7,7% pour les autres PME et de 17,2% pour les ETI (entreprises de taille intermédiaire, NDLR) et les grandes entreprises ».

Par « défaillance d'entreprise », la Banque de France désigne les sociétés qui sont concernées par l'une de ces trois procédures : le redressement judiciaire, la liquidation judiciaire ou la procédure de sauvegarde.