Provenant du haras des Monceaux, au cœur du bocage normand, cette femelle est la fille de l’étalon vedette Dubawi, dont l’un des « produits » s’était déjà vendu 1,55 million d’euros en 2017. Elle a été achetée par Godolphin, écurie de Dubaï.

Un autre poulain à 1,5 million d’euros

Un autre pur-sang fils de Galileo, qui est considéré comme l’un des meilleurs étalons au monde, a été adjugé plus tôt pour 1,5 million d’euros. Également présenté par le haras des Monceaux, il partira chez l’entraîneur japonais Mitsu Nakauchida.

Un autre yearling a été attribué à 850 000 €. Il s’agit d’un mâle issu de l’étalon Kingman et de la jument Miss Plimsoll. Un autre a été vendu 800 000 €. Il s’agit d’une femelle issue de l’étalon Dark Angel et de la jument Mayhem.

Comme samedi, quelque 80 lots figuraient à l’affiche de la vente aux enchères de dimanche. Samedi, l’enchère la plus élevée s’était établie à 800 000 € pour un fils de Galileo attribué au fonds d’investissement Phoenix Thoroughbreds.

Forte hausse du prix moyen

Dans un communiqué samedi, la société Arqana aqui organise ces enchères, indiquait que cette première journée s’était traduite par « une forte hausse du prix moyen, à +23 %, et proche de 283 000 €, avec un taux de vendus stable par rapport à 2018 ».

En 2018, le cheval le plus cher avait été attribué à 1,4 million d’euros. Issu de l’élevage La Motteraye Consignment, dans le Calvados, ce mâle était issu de Dubawi. Les ventes se poursuivent ce lundi 19 août à partir de 13 h 00.

AFP