2019, l’année des gros tracteurs
/
  • Janvier. Valtra fait évoluer son offre de tracteurs d’élevage avec l’arrivée d’une boîte semi-powershift sur ses deux modèles de cœur de gamme : A 104 et A 114. Ces deux tracteurs sont équipés d’un moteur à 4 cylindres de 4,4 litres délivrant respectivement 100 et 111 ch. Sur la nouvelle version HiTech 4, les deux modèles seront équipés d’une transmission semi-powershift à 4 rapports sous charge.

  • Valtra va désormais proposer la suspension de pont avant pneumatique Aires sur la série N. La suspension Aires de la série N est similaire à la construction éprouvée de celle de la série T. Il s’agit d’une suspension pneumatique séparée à nivellement automatique avec un soufflet d’air ainsi que de deux amortisseurs robustes. Le système de suspension utilise de l’air comprimé, qui fonctionne également par temps froid. Le système pneumatique du tracteur permet également d’utiliser l’air comprimé à d’autres fins, telles que le freinage de la remorque, le nettoyage de la poussière des radiateurs ou d’autres tâches de maintenance quotidiennes. La nouvelle suspension de pont avant sera disponible sur les versions conformes à la norme Stage 5 de la série N au printemps (modèles N174) et à l’automne 2019 (modèles N134 et N154).

  • Vu de l’extérieur, rien ne change. Mais sous le capot, les Optum 250, 270 et 300 CVXDrive de Case IH abritent désormais un moteur conforme à la norme antipollution Stage 5.

  • Février. Deutz-Fahr dévoile son terminal tactile de nouvelle génération : l’iMonitor 3. Cet ordinateur de bord équipe les tracteurs des séries 6, 7 et 9. Doté d’un processeur Dual Core, l’iMonitor 3 dispose d’un écran en couleur de 12,1 pouces. Il est capable de paramétrer l’intégralité des fonctions du tracteur, dont l’hydraulique, le relevage et les séquences de bout de champ. Il gère désormais les fonctions Isobus des outils attelés à l’avant et à l’arrière ainsi que les fonctions Isobus Aux-In qui permettent de basculer des fonctions de l’outil sur les commandes physiques du tracteur. La coupure de tronçons et la modulation de dose font partie des solutions intégrées.

  • Deutz-Fahr propose sept modèles compacts pour la nouvelle série 5G. Couvrant une plage de 75 à 116 ch, ils sont motorisés par un bloc Farmotion à 3 ou 4 cylindres. Ce moteur répond à la norme antipollution Tier 4 interim et ne nécessite pas d’Ad-Blue sur les 5 plus petits modèles. De leur côté, les 5110 G + et 5120 G sont conformes à la norme Tier 4 final.

  • Case IH a profité du Sima pour lancer sur une nouvelle gamme de tracteurs à 4 cylindres : les Vestrum CVXDrive. L’offre se compose de quatre modèles, du Vestrum 100 au Vestrum 130, pour des plages de puissances maximales de 110 à 140 ch. Leur design est largement inspiré des Optum et Maxxum. Les Vestrum sont motorisés par le bloc FPT de 4,5 l. Celui-ci est conforme à la norme de dépollution Stage V. Ces tracteurs sont équipés de base de la transmission à variation continue CVX. Ils arrivent ainsi en complément des Luxxum et des Maxxum.

  • Massey Ferguson a profité du Sima pour compléter sa série 7700 et dévoiler le nouveau 7719S. Dans la gamme, ce tracteur se positionne comme le plus gros des modèles à petit châssis. Il développe 190 ch et sa puissance peut atteindre 220 ch avec le boost. Le 7719 S est uniquement disponible en version à variation continue Dyna-VT. Comme ce nouveau tracteur, le 7716 S et le 7718 S reçoivent un nouveau moteur conforme à la norme antipollution Stage 5.

  • C’est le lancement du Sima : le nouveau tractoriste Mancel a levé le voile sur une gamme de quatre tracteurs lors du salon. La gamme F5 allant du F5-110 au F5-145 comprend quatre puissances de 110 à 145 ch. Les deux plus petits modèles possèdent un empattement de 2,86 m alors que les deux plus gros modèles embarquent un empattement de 2,96 m. Une seule transmission est proposée pour le moment. Il s’agit de la semi-powershift 4×4, construite depuis plusieurs années sur le site de Saint-Dizier, où est installée la marque. Malheureusement, l’aventure s’est arrêtée là pour Mancel, son propriétaire chinois ayant décidé de ne pas poursuivre le développement de la gamme de tracteurs.

  • Mars. C’est une petite révolution pour le porteur Unimog de chez Mercedes. Lors du Sima de 2019, le constructeur a présenté un modèle avec une homologation tracteur T1b. Celui-ci peut atteindre 80 km/h mais il devra se contenter de rouler à 40 km/h sur la route. À condition de respecter cette limite, il pourra être conduit sans permis poids-lourds et à partir de 16 ans.

  • Mai. Massey Ferguson complète sa série de tracteurs 3700 avec une version AL adaptée à la montagne. L’offre comprend trois modèles de 75, 85 et 81 ch. Tous sont équipés d’une cabine à plancher plat ou tunnel. Ce dernier réduit la hauteur hors tout à 2,44 mètres. Au niveau du gabarit, les 3700 AL se positionnent entre les 3700 WF et les 4700. Leur châssis plus long et plus large que celui des WF leur confère plus de stabilité. La voie arrière varie de 1 132 à 1 939 mm pour un empattement de 2 156 mm. Tous les modèles sont équipés en standard de la transmission PowerShuttle 24/12 avec inverseur sous charge et doubleur. Les huit rapports disponibles dans chacune des trois gammes s’engagent sans utiliser la pédale d’embrayage.

  • Juillet. Le constructeur bavarois Fendt renouvelle ses célèbres 900 à l’occasion d’Agritechnica 2019. La gamme se compose maintenant de 5 modèles, du 930 au 942. Jusqu’ici motorisés par Deutz AG, ils intègrent désormais un moteur MAN de 6 cylindres de 9 litres. Ce dernier délivre des puissances de 296 à 415 chevaux. Il est bien sûr conforme à la norme stage 5. La barre des 400 ch n’est pas la seule limite repoussée. En effet, une impressionnante monte de pneumatiques de 2,20 mètres est à présent disponible au catalogue.

  • Ce ne sont pas un, ni deux, mais bien trois écrans d’affichage qui prendront place en cabine des nouveaux Fendt 700. Le terminal de 9 pouces sous le volant affiche les fonctions Fendt Guide comme un tableau de bord classique. Il est commandé par une molette positionnée sur l’accoudoir. L’écran de 12 pouces en bout d’accoudoir peut être accompagné en option d’un second écran de 12 pouces rectangulaires, placé sur le montant droit du toit de cabine. Ils sont intégralement configurables pour afficher jusqu’à 6 sections d’affichage chacun.

  • Après le 9340 TTV et le 7250 TTV, Deutz-Fahr décline désormais sa série 6 dans la version Warrior. Ce design spécial comprend une peinture «noir brillant», le logo Warrior et un pot d’échappement en acier inoxydable. Cette version est disponible sur les modèles à variation continue TTV de 155 à 215 ch. Parmi les évolutions récentes sur la série 6, on peut noter la présence d’un moteur Deutz conforme à la norme antipollution Stage 5. Les nouveaux modèles intègrent le groupe de phares à Led Warrior, un siège Confort avec suspension active, la climatisation automatique et un tapis de sol noir.

  • Août. Le constructeur japonais Kubota ajoute une version supplémentaire de son M5 à son catalogue. Pour répondre à la demande des utilisateurs d’engins en serre, en pergola ou dans les bâtiments, une version sans cabine a été développée par Kubota. La version Low Profile surbaissée du M5 est disponible pour un seul modèle de 107 ch. Ce dernier est équipé de la transmission mécanique à 18 rapports en marche avant et 18 en marche arrière.

  • Septembre. John Deere revoit son cœur de gamme avec l’arrivée de la nouvelle version du 6M. Ce tracteur au prix plus accessible que le 6R remplace les anciennes séries 6M mais également les 6 MC et 6 RC. L’offre en quatre-cylindres comprend sept modèles de 90 à 145 chevaux (ch), dont quatre nouvelles puissances de 90 à 120 ch. Ces quatre modèles bénéficient d’un capot bas qui dégage davantage la vue sur l’avant. Trois six-cylindres de 155 à 195 ch complète la gamme.

  • Grâce à une surpuissance active, le nouveau venu de la série 300 peut atteindre 140 ch. Le Fendt 314 Vario hérite ainsi du 4-cylindres Agco Stage 5 avec un boost de 10 ch. Le déclenchement de ce dernier ne dépend pas de la vitesse d’avancement ni d’une tâche spéciale comme l’activation de la prise de force. En effet, le système détecte si certains composants requièrent une puissance supplémentaire puis leur fournit le nombre de chevaux nécessaires. Le tracteur bénéficie alors de pics de puissance ponctuels. Le pont avant suspendu est de série sur ce modèle. Ce tracteur est aussi le premier de la série 300 à arborer le nouvel intérieur de cabine FendtOne hérité directement des futurs Fendt 700 Vario S5.

  • Massey Ferguson fait évoluer sa série 6700 S avec le passage à la norme antipollution Stage 5. L’offre comprend cinq modèles dont les puissances maximales sont comprises entre 135 et 200 ch. Tous sont motorisés par un bloc de 4 cylindres de 4,9 litres Agco Power. Pour répondre à la nouvelle norme, le 6700 S est équipé de la nouvelle génération de dispositif de dépollution All-in-One, qui place un nouveau catalyseur de suie entre le catalyseur d’oxydation diesel (DOC) et la réduction catalytique SCR. Tous les modèles reçoivent au choix la transmission semi-powershift robotisée Dyna-6 Super-Eco ou la variation continue Dyna-VT. Parmi les évolutions sur cette nouvelle version, on note l’arrivée du terminal Datatronic 5 avec écran tactile de 9 pouces.

  • Octobre. McCormick complète sa gamme de tracteurs X7 afin de combler le vide de 80 ch entre la précédente série X7 et la série X8. Trois nouveaux modèles de 210, 225 et 240 ch se chargent donc de faire la liaison entre les deux séries. Le X7.624 VT de 240 ch sera dévoilé la semaine prochaine, lors de l’inauguration du nouveau siège français d’Argo, maison-mère de McCormick. Il est équipé d’un moteur BetaPower à 6 cylindres de 6,7 litres conforme à la norme antipollution Stage 5. Contrairement aux autres modèles X7, qui peuvent recevoir une boîte powershift, le X7.624 est disponible uniquement avec la transmission à variation continue VT-Drive.

  • New Holland renouvelle sa figure de proue avec l’arrivée du T8 Genesis. La première évolution est l’arrivée d’un moteur Cursor 9 de 8,7 litres fourni par FPT. La gamme comprend désormais cinq modèles, avec l’arrivée d’un tracteur de 400 ch. Comme New Holland reste fidèle à son principe de dénomination des tracteurs en fonction de la puissance maximale avec boost, les T8.350, T8.380 et T8.410 affichent respectivement 351, 382 et 409 ch de puissance boostée. Ces trois modèles peuvent être équipés au choix de la variation continue AutoCommand ou de l’UltraCommand full powershift.

  • Arbos profite d’Agritechnica pour officialiser l’entrée au catalogue de sa série 7000. Ces tracteurs sont équipés d’un moteur FPT 6,8 litres développant 280 ch avec la surpuissance active. Ce bloc répond à la norme antipollution stage 5. La série 7000 se démarque de ses congénères par un nouvel espace de conduite. La cabine accueille en effet un siège à suspension pneumatique accompagné d’un accoudoir multifonction. Ce dernier regroupe les commandes hydrauliques et électriques du tracteur et est surplombé par un terminal. Isobus, cet écran est ainsi capable de gérer les outils compatibles et d’assurer l’affichage des fonctions d’agriculture de précision.

  • Kubota poursuit le développement de ses tracteurs made in France avec l’arrivée de la série M7003, en remplacement des M7002. La grande évolution sur ce tracteur est l’adoption d’un bloc-moteur conforme à la norme anti-pollution Stage 5. Cette solution maison à quatre cylindres couvre une plage de puissance de 130 à 170 ch et propose un boost supplémentaire de 5 à 20 ch. La dépollution est assurée par la combinaison d’une vanne EGR, d’un catalyseur SCR et d’un filtre à particules. Comme sur les versions précédentes, le M7003 peut recevoir une transmission à variation continue ou une boîte powershift. Parmi les autres évolutions, on note la possibilité de changer l’affectation des distributeurs, y compris sur le levier en croix, et l’arrivée de la technologie TIM permettant à l’outil de prendre le contrôle du tracteur.

  • Moins de modèles mais plus de déclinaisons, John Deere vient de dévoiler ses nouveaux tracteurs 8R et leurs variantes 8RT et 8RX. Ces tracteurs, déjà aperçus massivement sur les réseaux sociaux, se dévoilent davantage. Derrière un nouveau design réalisé en coopération avec BMW Designworks, l’offre du constructeur se ressert. Elle comprend désormais cinq puissances différentes contre sept auparavant. La gamme est répartie entre le 8R 280 et le 8R 410. Leur puissance nominale respective est inscrite sur leur capot. Elle part de 280 ch pour atteindre 410 ch. Avec le boost, leur puissance maximale oscille entre 336 à 458 ch. Ces tracteurs conservent toujours le moteur maison de 9 litres. Quelques évolutions sont à noter pour le bloc de refroidissement, qui a été avancé pour réduire son exposition à la chaleur. John Deere propose toujours trois transmissions avec, dans un premier temps, les deux boîtes full powershift 16/5 et e23. La première est disponible sur les trois plus petits modèles et uniquement sur les versions à roues. La seconde est proposée sur l’intégralité de l’offre. La transmission à variation continue AutoPowr peut équiper les différentes versions du 8R jusqu’au 8R 370. Le plus gros modèle reste commercialisé uniquement avec la e23.

  • Le tractoriste autrichien Lindner profite du passage de ses moteurs à la norme antipollution Stage 5 pour tirer son Lintrac vers le haut avec un modèle de 130 ch. Le Lintrac 130 sera le premier de la gamme Lindner à intégrer le moteur Perkins Synchro à 4 cylindres de 3,6 litres. Mis à part le moteur, le Lintrac 130 reprend les caractéristiques de son petit frère, le Lintrac 110. Néanmoins, sa transmission à variation continue bénéficie de plusieurs améliorations dont l’arrivée du moteur High-Traction qui augmente la force de traction. Le poids maximal autorisé est de 8 tonnes et la capacité de relevage atteint 4 900 kg. La commande des quatre roues directrices est désormais intégrée dans l’accoudoir.

  • Novembre. Fini le 7R230, mais bonjour le 7R330. John Deere vient de dévoiler ses nouveaux tracteurs 7R. Si la gamme reste composée de 5 puissances comme la série précédente, le plus petit modèle disparaît et un nouveau vient se placer au-dessus du 7R310. Ces tracteurs proposent désormais des puissances nominales de 250 à 330 ch. Les puissances maximales avec boost culminent entre 290 et 373 ch. Deux transmissions sont toujours proposées, avec la full powershift e23 et la variation continue AutoPowr. Ces transmissions sont couplées à des motorisations maison. Le 6,8 litres est utilisé pour le 7R250 et le 7R270. Le reste de l’offre se dote du 9 litres. Comme sur les modèles précédents, les 7R peuvent embarquer un lestage modulable en position ventrale avec le système EZ-Ballast.

  • Le tractoriste autrichien Steyr, qui appartient au même groupe que New Holland et Case IH, a réservé une surprise de taille aux visiteurs d’Agritechnica avec la présentation d’un concept de tracteur hybride. Sa première particularité est la motorisation maison, assurée par FPT. L’engin est équipé d’un moteur thermique. « Mais pour atteindre 250 ch, nous n’avons utilisé qu’un bloc à 4 cylindres de 4,5 litres, explique Christian Hubert, le responsable mondial du développement du produit chez Case IH et Steyr. Le moteur thermique ne délivre que 150 ch mais il alimente aussi un générateur électrique qui charge des batteries à hauteur de 60 kWh. Cette batterie est capable de fournir un boost supplémentaire au tracteur, afin d’atteindre les 250 ch. » Le tracteur est aussi capable de tourner en 100 % électrique. Dans ce cas, l’autonomie n’est que d’une heure.

  • Il sera désormais plus simple de s’y retrouver entre les modèles à quatre cylindres de Massey Ferguson puisque les tracteurs des séries Global 5700 et 6700 fusionnent et sont remplacés par les 5700 M. Cette nouvelle série comporte cinq modèles de 95 à 135 ch. Tous sont équipés d’un moteur Agco Power à 4 cylindres de 4,4 l conforme à la norme Stage 5. Par rapport aux précédentes versions, les 5700 M gagnent 5 ch. Du côté de la transmission, les anciens 5700, devenus 5709 M, 5710 M et 5711 M, peuvent recevoir la transmission semi-powershift Dyna-4, voire la mécanique synchronisée 12×12 pour les deux plus gros. Les deux anciens 6700 M, qui se nomment désormais 5712 M et 5713 M sont uniquement destinataires de la boîte 12×12.

  • Préservé des regards indiscrets jusqu’au dimanche matin, à l’ouverture officielle d’Agritechnica, le concept Next de Massey Ferguson dévoile les axes de développement et les futures technologies sur lesquelles travaille le tractoriste. Le concept, reprenant le gabarit d’un tracteur de la série 7000, reçoit un nouveau design qui rappelle les lignes des modèles actuels pour le capot. Il est également muni d’une cabine, digne d’un automoteur de récolte. L’écart entre cette dernière et le moteur, de près de 25 cm, contribue, selon le constructeur, à réduire le bruit pour le chauffeur.

  • Voilà plus de dix ans que New Holland travaille sur son projet de tracteur propulsé au méthane. Après avoir présenté son premier prototype en 2014, le groupe italien est enfin prêt à commercialiser le T6 Méthane Power. Il s’agit du premier tracteur à carburant alternatif aux capacités équivalentes à son homologue au diesel. L’engin de 180 ch présente une autonomie correcte, avec six heures de travail à pleine puissance et dix heures en mode transport. Cette valeur est atteinte à l’aide de deux réservoirs. Le premier de 200 l est intégré au tracteur, à la jonction entre la cabine et le capot. Le second, de 300 l, est amovible. Il peut s’atteler à l’arrière du véhicule comme à l’avant, soit sur le système de relevage, soit en attelage direct. Il joue déjà le rôle de contrepoids, mais ne pèse que 350 kg. Le tractoriste italien travaille à faire passer sa capacité à 400 l et lui ajouter un système de masse amovible. Ce réservoir est homologué comme ceux des camions utilisant ce carburant, conçus pour encaisser des chocs violents lors d’éventuels accidents. Il est même conçu pour résister à des chocs encore plus violents comme avec une ensileuse, par exemple.

  • La série Xerion de Claas s’étoffe. En plus des modèles Trac, Trac VC et Saddle Trac, voici le Trac TS. Cette version est facilement reconnaissable : c’est un Xerion Trac équipé de quatre chenilles triangulaires. Deux modèles sont proposés dans cette configuration, le 4500 et le 5000, pour des puissances respectives de 490 et 530 ch.

  • Décembre. Le cœur de gamme du tractoriste allemand Claas franchit les dernières normes de dépollution en vigueur. Ils conservent tous les motorisations et les cylindrées des tracteurs Tier 4F. Ce sont toujours des blocs DPS (Deere) de 4,5 et 6,8 litres pour les Arion et des blocs FPT (CNH) de 6,7 l pour les Axion. Tous ces modèles bénéficient maintenant d’un régime de 650 tr/min lorsqu’ils sont à l’arrêt. La gamme et le design actuel restent inchangés. La transmission semi-powershift Hexashift intègre un limiteur de régime moteur pour se rapprocher au plus près d’une transmission à variation continue. Le terminal tactile Cebis évolue également. En effet, il dispose d’une troisième fenêtre principale affectée aux commandes Isobus. Il est aussi possible d’afficher deux caméras simultanément sur l’écran.

Par Gildas Baron, Loris Coassin, Corinne Le Gall et Pierre Peeters