Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Comment ils gèrent l’incertitude

réservé aux abonnés

Zones non traitées - Comment ils gèrent l’incertitude
« Quand on peut, on évite de moissonner ou de traiter en bordure des maisons et des jardins le mercredi et le week-end, et de rentrer le matériel aux heures de pointe », explique Gérard Thuegaz, installé depuis 1990 à Fontenay-le-Vicomte, dans l’Essonne. © Pauline Bourdois

Si quelques agriculteurs ont décidé d’anticiper la sortie des textes réglementaires en changeant leur assolement ou en ne semant pas sur ces zones, la grande majorité attend encore, assez inquiète, de connaître leur transcription pratique.

Nous voilà au début de novembre et il n’y a toujours pas de retour des consultations publiques sur les zones de non-traitement (ZNT) près des habitations ! Si la synthèse des commentaires devait être connue fin octobre, désormais il serait question de mi-décembre. Il faut dire qu’en à peine un mois, 53 674 contributions ont été recueillies. Cette très forte mobilisation démontre, à nouveau...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
7%

Vous avez parcouru 7% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités
Cet article est paru dans La France Agricole

Dans la même rubrique

Nos dernières vidéos

Sélectionné pour vous

INDEX ACTA BIOCONTRÔLE 2019

36€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Les polluants dans le sol

49€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le coût des fournitures en Viticulture et oenologie 2019

25,32€

En réassort

AJOUTER AU PANIER