Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Comment ils gèrent l’incertitude

réservé aux abonnés

Zones non traitées - Comment ils gèrent l’incertitude
« Quand on peut, on évite de moissonner ou de traiter en bordure des maisons et des jardins le mercredi et le week-end, et de rentrer le matériel aux heures de pointe », explique Gérard Thuegaz, installé depuis 1990 à Fontenay-le-Vicomte, dans l’Essonne. © Pauline Bourdois

Si quelques agriculteurs ont décidé d’anticiper la sortie des textes réglementaires en changeant leur assolement ou en ne semant pas sur ces zones, la grande majorité attend encore, assez inquiète, de connaître leur transcription pratique.

Nous voilà au début de novembre et il n’y a toujours pas de retour des consultations publiques sur les zones de non-traitement (ZNT) près des habitations ! Si la synthèse des commentaires devait être connue fin octobre, désormais il serait question de mi-décembre. Il faut dire qu’en à peine un mois, 53 674 contributions ont été recueillies. Cette très forte mobilisation démontre, à nouveau...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
7%

Vous avez parcouru 7% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 2 commentaires
Dominique

L'Etat devra indemniser ces surfaces à hauteur des charges de structure des exploitations (au moins 800 €/ha), qui devront être payées par d'autres surfaces restées cultivées par les exploitations , et ce en plus des DPU , bien sûr, pour indemniser correctement les agriculteurs.Iil devra aussi verser une indemnité aux propriétaires pour compenser la perte de valeur de ces terres qui deviennent invendables ou impossibles à louer pour l'agriculture . Evidemment comme l'Etat est fauché (même pas capable de réajuster les retraites agricoles), ça ne risque pas d'arriver. Par contre, il est sûr qu'à force de jouer à ce petit jeu, comment voulez vous qu'on incite les jeunes à s'installer? la relève par les générations futures est loin d'être acquise dans la mesure ou l'on fait tout pour que l'agriculture devienne le dernier des métiers.

Signaler le commentaire :

Signaler un abus
FREDERIC THEPENIER

Ceux qui ont anticipé jettent le discrédit sur la profession qui se bat pour 0 ZNT .

Signaler le commentaire :

Signaler un abus
En direct
Cet article est paru dans La France Agricole

Hors Série - Eau et Irrigation - réponses à ceux qui veulent couper les vannes

Dans la même rubrique

Nos dernières vidéos

Sélectionné pour vous

INDEX ACTA BIOCONTRÔLE 2019

36€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Les polluants dans le sol

49€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Productivité de l'herbe

49€

Disponible

AJOUTER AU PANIER