« L’idée est venue du maire d’Agen, explique Gilles Betrandias, le directeur de la coopérative. Nous l’avons trouvée excellente car nous avions des stocks à écouler avant la fin de la semaine. » Avec l’accord de la préfecture, la police municipale et les fraisiculteurs se sont mobilisés : les gens ne descendaient pas de voiture. Les producteurs déposaient les fraises dans leur coffre.
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
40%

Vous avez parcouru 40% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !