« En 1990, mon père a arrêté le labour pour passer en technique culturale simplifiée (TCS). Gratouiller le sol a amplifié le salissement chaque année », raconte François Peaucellier, dépité, revenu en 2013 sur l’exploitation familiale de Mouchy-le-Châtel, dans l’Oise, laquelle est passée en 2005 en agriculture de conservation des sols (ACS) sur la totalité des 200 hectares cultivé...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
15%

Vous avez parcouru 15% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !