Pour 2018, la France a choisi une période unique, d’au moins 8 semaines, par département de présence des intercultures comptabilisées en Surface d’intérêt écologique (SIE). Les producteurs de blé (AGPB), maïs (AGPM), betteraves (CGB), la FNSEA et la Fop regrettent ce choix dans un communiqué commun diffusé ce 6 mars 2018.

Période selon la rotation

Ils avaient demandé que chaque producteur puisse définir individuellement la période de présence de huit semaines des intercultures selon la rotation et les conditions pédoclimatiques de l’exploitation, comme le permettait l’Europe.

« Face aux risques que cette décision représente pour les agriculteurs », les syndicats demandent pour 2018 la mise en place d’avances de trésorerie afin d’éviter tout retard de paiement si la période choisie par le département dépasse la date du 15 octobre 2018, et pour 2019, la mise en œuvre du choix individuel de la période.

Des milliers d’hectares en jachère

Les syndicats estiment que « cette décision du gouvernement entraînera la modification tardive des assolements de nombreux producteurs, les obligeant à mettre en jachère des dizaines de milliers d’hectares ».

F.M.