Après une chute sévère, les prix du sucre sur le marché mondial se redressent peu à peu depuis deux mois, dans le sillage de la remontée des cours du pétrole. FranceAgriMer explique cette hausse par la décision des fabricants brésiliens d’arbitrer en faveur de la production d’éthanol à partir de la canne, réduisant ainsi leur production de sucre ces dernières semaines.

La production de sucre pourrait ainsi baisser de 2,25 Mt au Brésil en 2017-2018, selon les dernières estimations de l’ISO (International Sugar Organization). La production mondiale de sucre augmenterait cependant de 11 millions de tonnes (Mt) à plus de 179 Mt, selon l’ISO, sous l’effet des hausses de production attendues en Inde, dans l’Union européenne, en Thaïlande et en Chine.

Hausse de la production en vue dans l’UE

La production sucrière européenne est prévue en hausse par la Commission européenne, à 20,2 Mt contre 16,8 Mt en 2016-2017. La baisse des importations européennes de sucre, constatée en 2016-2017 semble se confirmer en ce début de campagne (2017-2018), notamment dans le cadre des accords préférentiels avec les pays de l’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique et les pays les moins avancés (ACP-PMA) ou dans le cadre des accords « tout sauf les armes », indique FranceAgriMer. La Commission européenne prévoit ainsi pour 2017-2018 une forte baisse des importations européennes de sucre en provenance des pays tiers à 1,3 Mt (hors produits transformés).

À l’inverse, on observe une nette progression des exportations européennes de sucre sur les deux premiers mois de la campagne de 2017-2018, par rapport aux années précédentes, selon les données Taxud. Les pays de la Méditerranée et du Moyen-Orient absorbaient jusqu’à présent plus de la moitié des exportations de sucre européen, avec pour principaux acheteurs Israël, l’Égypte et l’Algérie.

L’Union européenne pourrait à l’avenir développer ses exportations à destination des pays du Golfe, dotés de raffineries dont la rentabilité est aujourd’hui remise en cause par la fin des quotas sucriers dans l’Union européenne et la libéralisation du marché du sucre. La Commission européenne prévoit un doublement des exportations de sucre, à 2,8 Mt.

La France exportera davantage de sucre

Selon les dernières estimations, la production française de sucre pourrait atteindre 6,2 Mt, dont 6 Mt issues des betteraves de métropole et 0,2 Mt de la canne sucrière des DOM. Les utilisations sur le marché français sont attendues à 2,9 Mt, dont 2 Mt à des fins alimentaires et 0,9 Mt pour les utilisations industrielles, notamment le bioéthanol.

Les exportations françaises de sucre en l’état sont prévues en nette progression par rapport à la campagne précédente à 3,15 Mt (2,17 Mt en 2016-2017), dont 2 Mt vers l’Union européenne et 1,15 Mt vers les pays tiers. Les exportations de sucre transformé pourraient légèrement progresser à près de 1 Mt. Au total, le stock de fin de campagne pourrait s’établir à moins de 0,7 Mt en 2017-2018 contre 0,5 Mt en 2016-2017.

A.M.