« Il y a des débats sur des sujets à caler entre les deux familles [producteurs et entreprises de semences, NDLR], justifie Daniel Peyraube, président de l’AGPM. La volonté des présidents a été que cela se fasse en interne tout simplement. Un ou deux sujets vont être discutés dans un état d’esprit constructif, mais on n’a pas envie que circule un certain nombre d’informations qui pourraient ê...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
11%

Vous avez parcouru 11% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !