Alors que la moisson 2017 s’achève avec plus de deux semaines d’avance sur les années précédentes, les trieurs ont déjà entamé la préparation des semences de ferme. Le syndicat des trieurs de semences professionnels (STAFF) se dit globalement satisfait de la qualité de la récolte 2017. Selon lui, les trieurs observent moins de maladies que les années précédentes et la récolte de cette année permettrait de faire de belles semences, sans avoir à trier aussi sévèrement les lots qu’en 2016. « Le taux d’écart devrait se situer pour l’ensemble de la profession à moins de 20 % », estime Jérôme Levron, dans les Deux-Sèvres.

Des disparités locales

Malgré une récolte correcte à l’échelle nationale, les professionnels de la filière précisent néanmoins que des accidents météorologiques ont touché plusieurs départements cette année, rappelant ainsi que la variabilité météorologique semble désormais être devenue chose courante.

« En Vendée, les épisodes de gel tardif ont grillé les têtes d’épis et réduit sévèrement les rendements dans les champs les plus exposés au froid, explique le STAFF dans son communiqué. En Touraine, les pluies de la fin juillet ont pu faire tomber par endroits l’indice du temps de chute de Hagberg. En Champagne, ce sont les « coups de chaud » qui ont bloqué le remplissage des grains, occasionnant des PMG (poids de mille grains) relativement bas. »

Les mélanges variétaux se développent

Toujours selon le STAFF, les cultures en mélange variétal seraient en développement. Encore marginal au niveau national (4,8 % selon FranceAgriMer), le mélange variétal est déjà plus répandu dans les régions de l’Ouest et en Bretagne, notamment. « Les professionnels de la semence de ferme disposent des matériels et du savoir-faire pour répondre à ces nouvelles pratiques agricoles », note le syndicat.

M.S.