En Europe, plus de 400 accidents de la route mortels sont provoqués chaque année par des véhicules agricoles peu visibles, roulant à faible vitesse par rapport aux voitures et occupant une large partie de la chaussée. Assureurs et constructeurs cherchent à diminuer cette statistique tragique en signalant mieux les convois agricoles, par exemple au moyen d’applications de navigation comme Waze ou Coyote. Ces solutions demandent néanmoins une manipulation...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
34%

Vous avez parcouru 34% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !

En Europe, plus de 400 accidents de la route mortels sont provoqués chaque année par des véhicules agricoles peu visibles, roulant à faible vitesse par rapport aux voitures et occupant une large partie de la chaussée. Assureurs et constructeurs cherchent à diminuer cette statistique tragique en signalant mieux les convois agricoles, par exemple au moyen d’applications de navigation comme Waze ou Coyote. Ces solutions demandent néanmoins une manipulation au chauffeur du tracteur. John Deere va plus loin avec un tracteur connecté.

Une norme de communication entre tracteur et voiture

Présenté dans le cadre des rencontres de l’Etsi, une association indépendante chargée de produire des normes applicables dans le monde entier pour les technologies de l’information et de la communication, cette solution met en œuvre un tracteur John Deere et la plateforme de communication des sociétés Sensinov et AEF (Agricultural Industry Electronics Foundation).

En pratique, le tracteur John Deere, qui est équipé d’un modem, envoie un message d’alerte aux véhicules routiers via un protocole de communication normalisé à l’Etsi. C’est cette interopérabilité entre les différents véhicules routiers qui permet de faire fonctionner le dispositif de sécurité. Ce dernier prévient l’automobiliste à 1 km de distance, évitant ainsi les risques de collision. La communication entre les deux véhicules se matérialise par une alerte visuelle et sonore.

Corinne Le Gall