Le ministère rappelle que la création d’un tel fonds était « appelée de ses vœux par l’association Phyto-victimes, notamment afin d’améliorer la prise en compte de maladies professionnelles liées à l’exposition aux produits phytosanitaires. Il est envisagé que le financement soit assuré par une contribution des industriels détenteurs d’autorisations de mise sur le marché de produits phytosanitaires. »

L’objectif est de « faire progresser la prise en charge des utilisateurs de produits phytosanitaires, à titre professionnel ou amateur, victimes d’un dommage directement lié à l’exposition à ces produits, et en particulier d’améliorer les procédures de reconnaissance de maladies professionnelles », précise le ministère. »