En 2017, face aux inquiétudes de la filière « canne-sucre » des Outre-mer sur la levée des quotas de production au niveau européen au 1er octobre, qui risquait de les pénaliser, le gouvernement de l’époque avait accordé une aide de 38 millions d’euros par an aux entreprises sucrières de la Réunion et de la Guadeloupe, pour leur permettre de compenser les surcoûts de production par rapport...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
21%

Vous avez parcouru 21% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !