Selon Bruxelles, les surfaces de blé d’hiver et d’orge diminueraient de 2 % par rapport à l’an dernier pour atteindre respectivement 21,3 et 5,1 millions d’hectares. Cette baisse est due aux conditions humides lors des semis dans les pays de l’Europe du Nord. Le blé dur, le seigle et le triticale ont légèrement baissé. Avec cette chute des surfaces de céréales d’hiver, la sole des cultures de printemps...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
53%

Vous avez parcouru 53% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !