« La production serait l’une des plus faibles récoltes depuis 10 ans, et s’accompagnerait d’une grande variabilité des volumes entre parcelles, rapporte le ministère dans la note d’Infos rapides mise en ligne ce 7 août 2017. Une partie de la récolte pourrait être orientée vers la transformation en raison de défauts visuels, conséquence du gel d’avril. La récolte 2017 se présente en avance d’une à deux semaines selon les régions par rapport à l’année précédente. »

Une conséquence du gel

Le gel a « fortement touché » certains secteurs de la région Paca, notamment en golden avec des pertes de 40 % à 80 %. « Une partie de la production touchée par le gel pourra être réorientée vers l’industrie, prévoit le ministère. Les surfaces en production augmentent, notamment en Gala. Le grossissement des fruits est néanmoins ralenti par la chaleur. La production totale baisserait de 8 % sur un an. La récolte débute en avance d’une dizaine de jours par rapport à 2016. »

La Vallée de la Garonne attend ses premières récoltes début août, avec de l’avance. Le rendement global devrait être dans la moyenne mais avec des défauts de qualité, conséquence du gel et du vent. Les variétés les plus marquées par les anneaux de gel seraient les goldens. En Languedoc et Roussillon, l’état sanitaire est globalement préservé. Malgré des rendements prévus en hausse (+ 2 %), la production baisserait légèrement sur un an, en raison d’une baisse des surfaces. »

Une à deux semaines d’avance

La Pays de la Loire estime sa perte de production à 5 % par rapport à la faible récolte de 2016, toutes variétés confondues. Pourquoi ? À cause du gel à l’origine de défauts visuels, parfois jusqu’à 30 %. « En Aquitaine, les premières récoltes devraient débuter en août, en avance d’une semaine. La production s’annonce équivalente à 2016. En Limousin, les gelées entraîneraient une chute de la production (- 26 %) et des défauts visuels sur les fruits. »

Dans la Vallée du Rhône aussi, les vergers sont en avance : de 15 jours par rapport à 2016. Le gel a aussi touché la région, avec à la clé une chute de la production de 10 %. « Dans le Centre Val de Loire, la récolte reculerait de 7 % sur un an en raison des gelées d’avril. Les fruits ralentissent leur développement à cause de la sécheresse. »