Au 1er septembre, le ministère de l’Agriculture estime la production de pommes en 2017 en baisse de 5 % par rapport à 2016, qui était déjà une faible récolte. Cette baisse est notamment due à l’épisode de gel qu’ont subi les vergers en avril. « En raison de défauts visuels, conséquence du gel d’avril, une partie de la récolte pourrait être classée en catégorie inférieure ou orientée vers la transformation », détaille une note de conjoncture Agreste publiée le 14 septembre 2017.

Selon Prognosfruit, la récolte européenne devrait être la plus petite depuis dix ans. « Le gel aurait notamment occasionné des pertes en Italie, Allemagne, Belgique et Pologne », rapporte Agreste.

Aquitaine, Languedoc et Roussillon épargnés par le gel

La vallée du Rhône voit sa production chuter de 14 %. Aux gelées se sont ajoutés des épisodes de grêle dans cette région. Le limousin enregistre lui aussi une forte baisse de la production du fait du gel en automne. Dans la vallée de la Garonne, en Paca, dans les Pays de la Loire et le Centre-Val de Loire, les vergers ont également souffert du froid. Les rendements s’annoncent bons dans le Languedoc-Roussillon et en Aquitaine.

Concurrence des autres fruits

La récolte est annoncée en avance d’une ou deux semaines selon les régions. La commercialisation a commencé faiblement, la pomme étant concurrencée par la pêche et le raisin. « À l’exportation, la demande est également réservée, freinée par la présence encore significative de pommes de l’hémisphère Sud, qui retardent les ventes », analyse le ministère.