Plusieurs organisations de la société civile (1) s’inquiètent de ce qui semble être, selon elles, « un rétropédalage » de la part de la France au sujet du retrait du glyphosate. En effet, le 27 novembre dernier, Emmanuel Macron s’est engagé dans un tweet à interdire cette substance active au plus tard dans trois ans, après la décision au niveau européen de prolonger son autorisation de cinq ans.

Les députés en ligne de mire

Pas question pour ces organisations de rater l’opportunité du projet de loi sur l’alimentation pour graver dans le marbre l’interdiction sous trois ans du glyphosate en France. Ce « sujet étant absent de la première version du texte, plusieurs députés ont déposé des amendements pour le réintégrer, mais ces initiatives n’ont pas passé le barrage de la commission des affaires économiques. En effet, même la proposition d’amendement du rapporteur de la loi, M. Moreau, a été retirée, face à l’opposition du ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation. »

Les organisations ont donc lancé une pétition pour que l’engagement du Président à ce sujet soit tenu.

En trois jours, plus de 39 000 signatures ont déjà été obtenues à 15 h 00. Rappelons que le projet de loi sur l’agriculture et l’alimentation est débattu à l’Assemblée nationale ce 22 mai 2018.

(1) Agir pour l’Environnement ; Alerte des médecins sur les pesticides ; Attac France ; Bio Consomacteurs ; Bloom ; CCFD-Terre Solidaire ; Collectif de soutien aux victimes des pesticides de l’Ouest ; Commerce équitable France ; Confédération paysanne ; Fédération Artisans du Monde FNH ; Foodwatch ; France Nature Environnement ; Génération Futures ; Greenpeace ; Justice Pesticides ; La Ligue contre le cancer ; Les Amis de la Terre ; LPO ; Miramap ; Réseau Action Climat ; Réseau Environnement Santé (RES) ; Solidaires ; Syndicat national d’apiculture ; Terre d’abeilles ; UFC-Que Choisir ; Union nationale de l’apiculture française ; WECF ; WeMove.eu.