L’ECHA, qui statuera sur la classification du glyphosate au cours de l’année 2017, poursuit son travail. Son comité d’évaluation des risques (RAC) a entendu hier, à Helsinki, les résultats des évaluations récemment faites par six organisations.

Entendre tous les points de vue

Pour « faciliter une vue d’ensemble équilibrée d’un large éventail de vues scientifiques », le comité a écouté les conclusions de l’Institut fédéral allemand de sécurité et de santé au travail (BAuA), de l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA), de l’Agence internationale de recherche sur le cancer (CIRC), du JMPR (organe conjoint de la FAO et de l’OMS, traitant des questions sur les pesticides), des fabricants de glyphosate (Glyphosate task force, GTF), et d’un représentant de la société civile (Health and Environmental Alliance, HEAL).

La suite de cette « première réunion préparatoire » aura lieu en mars 2017. Dans le courant de l’année 2017, l’agence européenne devrait proposer une classification du glyphosate à la Commission européenne. Celle-ci en tiendra compte pour statuer sur l’autorisation de la substance active en Europe. Depuis juin 2016, et d’ici à la fin de l’année 2017, le glyphosate bénéficie d’une extension d’autorisation.

A.Cas.