La nouvelle est tombée comme un couperet. Un juge fédéral brésilien a pris la décision le 7 août 2018 de suspendre l’utilisation du glyphosate, jusqu’à ce qu’une évaluation toxicologique soit réalisée par le gouvernement.
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
40%

Vous avez parcouru 40% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !

La nouvelle est tombée comme un couperet. Un juge fédéral brésilien a pris la décision le 7 août 2018 de suspendre l’utilisation du glyphosate, jusqu’à ce qu’une évaluation toxicologique soit réalisée par le gouvernement.

Inquiétudes sur la dangerosité pour l’être humain

Ainsi, aucun nouveau produit contenant du glyphosate ne pourra être enregistré dans le pays et les produits déjà enregistrés sont suspendus pour un mois. Cette décision se base sur les interrogations autour de la dangerosité de l’herbicide sur la santé humaine.

Plusieurs sociétés brésiliennes du secteur de l’agrochimie comptent interjeter appel de la décision. « Le juge a tort et sa décision sera révoquée d’une manière ou d’une autre. Il est impossible de faire de l’agriculture sans utiliser de glyphosate », estime Luiz Lourenço, directeur d’Abag, une association brésilienne qui regroupe des entreprises du secteur de l’agroalimentaire.

Il est vrai que le glyphosate est largement utilisé dans les systèmes de production de pays. Le soja est l’une des cultures les plus présentes sur le sol brésilien et 85 % de sa surface est génétiquement modifiée. Le glyphosate, auquel résistent les OGM, est donc omniprésent dans les itinéraires culturaux des agriculteurs.

Bertille Quantinet