La Commission européenne a proposé aux États membres une ré-homologation pour 10 ans, qui devrait être soumise au vote cet automne. « La France s’était jusqu’à présent clairement positionnée contre la ré-homologation du glyphosate ces années passées mais le nouveau gouvernement français n’a toujours pas fait connaître sa position », indique Générations futures dans le texte présentant la pétition.

La proposition que la Commission soumettra au vote, sera adoptée à la majorité qualifiée (1), qui tient compte du nombre d’États favorables ou défavorables à une proposition, et aussi du nombre d’habitants que chaque État représente. Les positions de l’Allemagne, de la France, de l’Italie, et de l’Espagne, pays les plus peuplés de l’Union européenne, revêtent ainsi une importance particulière quant à l’orientation du vote.

A.Cas.

(1) La majorité qualifiée correspond à un minimum de 55 % des États membres et de 65 % de la population européenne.