« Sous couvert de simplification, ce texte prévoit en réalité un durcissement des normes européennes sur les surfaces d’intérêt écologique, dénoncent-ils. Un tel changement réglementaire, s’il avait lieu, modifierait l’équilibre de la politique agricole commune en remettant en cause les cultures fixatrices d’azote et les cultures dérobées, dont l’intérêt environnemental n’est pourtant plus à démontrer. »

Augmentation « massive et structurelle » de la jachère

L’AGPB, l’AGPM et la Fop assurent que si le vote venait à passer, les agriculteurs français et européens verraient une augmentation « massive et structurelle » de la jachère. « En cette période d’instabilité climatique, avec une mauvaise récolte en 2016, et de perturbations profondes des marchés, cette mise en jachère signifierait une baisse de la production européenne de grains et une nouvelle chute du revenu des agriculteurs », préviennent-ils. Aussi appellent-ils le Parlement européen à voter contre ce texte.