Les eurodéputés ont manifesté leur désapprobation après l’autorisation accordée par la Commission européenne pour l’importation de produits contenant du maïs et du coton génétiquement modifiés, le 17 mai 2017 en séance plénière à Strasbourg (Bas-Rhin).

À une très large majorité, les parlementaires ont rejeté cette décision de l’exécutif européen dans deux résolutions séparées, l’une pour le maïs, l’autre pour le coton, qui n’ont toutefois pas valeur contraignante. Ils s’y inquiètent des « effets des résidus d’herbicides » auxquels ces semences génétiquement modifiées sont résistantes.

« L’ouverture d’un marché dans l’Union européenne (UE) pour ces produits transgéniques pourrait encourager leur production dans les pays exportateurs, ainsi que l’utilisation des pesticides auxquels ils sont résistants », s’alarment-ils.

Des risques trop importants

Dans le cas du maïs transgénique DAS 40278-9, la résolution souligne que la recherche « indépendante » a mis en lumière des risques inhérents à la substance herbicide à laquelle il est résistant pour « le développement de l’embryon et la perturbation endocrinienne, entre autres ».

Dans le cas du coton GHB119, les députés estiment que son utilisation encourage le recours à des herbicides à base de glufosinate d’ammonium. Or cette substance est classifiée comme « reprotoxique » dans l’UE (car elle affecte les capacités reproductrices), note la résolution.

Le Parlement demande également une révision de la procédure d’autorisation d’OGM dans l’UE. Sous la législation actuelle, plusieurs dizaines d’OGM destinés à l’alimentation humaine ou animale sont autorisées à être commercialisés sur le territoire européen.

AFP