Dans l’Hérault, le secteur du maraîchage, principalement sous serre, mais aussi les champs, est particulièrement touché avec 43 agriculteurs et 55 hectares sinistrés. Des serres se sont écroulées sous le poids de la neige.

Mise en culture retardée

La chambre d’agriculture annonce ce 8 mars 2018 que, sur certaines cultures, comme la fraise sous abri, les pertes de chiffres d’affaires peuvent être très importantes. La remise en état des serres effondrées va handicaper les mises en culture maraîchères pour les légumes de printemps.

22 viticulteurs ont aussi signalé des sinistres (pertes de fonds, ravines, terres emportées…) sur plus de 200 ha. L’arboriculture est touchée avec 21 exploitations et 63 ha sinistrés en raison du gel des fleurs sur les variétés précoces (abricotiers, pêchers, amandiers et pruniers). 11 horticulteurs héraultais ont également signalé des dégâts sur 6 ha et 10 éleveurs sur 210 ha, avec parfois des pertes de cheptel.

Jusqu’à 100 % de pertes

Dans le Gard, 44 exploitations d’arboriculture sont affectées par le gel dans la nuit du 26 au 27 février, dans le secteur de Saint-Gilles, Beaucaire et Vallabrègues. Certaines exploitations ont enregistré 100 % de pertes, notamment sur les abricotiers. Pour la plupart, elles ne sont pas assurées.

Du 28 février au 1er mars, l’Hérault a été touché par des températures inhabituellement basses, parfois jusqu’à –12°C la nuit et des chutes de neige d’une ampleur exceptionnelle en plaine, jusqu’à 30 centimètres. L’ouest du département a été touché par de fortes pluies. Le Gard a été essentiellement frappé par le gel.

AFP