« Cette campagne est une campagne russe, en termes de volume et de calendrier », a déclaré Ludovic Pâris, délégué de FranceAgriMer pour la filière céréalière. « Nous avons l’habitude que la Russie occupe le premier semestre de la campagne et libère le second pour les autres origines. Mais cette année, sa présence s’est étendue jusqu’à la fin de...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
20%

Vous avez parcouru 20% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !