« Cette année encore, les producteurs ne feront pas leur programme et les usines ne seront pas approvisionnées à la hauteur de leur besoin », s’inquiète le Cénaldi (Comité économique national agricole de légumes à destination industrielle) dans un communiqué daté du 24 juillet.
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
37%

Vous avez parcouru 37% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !

« Cette année encore, les producteurs ne feront pas leur programme et les usines ne seront pas approvisionnées à la hauteur de leur besoin », s’inquiète le Cénaldi (Comité économique national agricole de légumes à destination industrielle) dans un communiqué daté du 24 juillet.

En cause : des abandons significatifs (près de 800 ha), et des rendements en dessous des prévisionnels. Printemps humide, puis été chaud et sec : les conditions climatiques n’ont en effet pas été favorables à la culture.

« Alors que la récolte est avancée aux trois quarts, il manque déjà 12 % de volume par rapport aux attentes et la sécheresse persistante ne permet pas aux rendements de progresser. »

Abandon de surfaces suite aux orages et sécheresse qui gênent les derniers semis : les tendances sont les mêmes pour la production de haricot. « Et c’est sans compter les conséquences de l’interdiction du traitement de semence des haricots contre la mouche du semis qui se font déjà sentir », indique le Cénaldi, en précisant que les pertes de pieds peuvent dépasser 25 %.

Constat identique en Europe

« Les autres pays européens producteurs de légumes pour l’industrie sont également confrontés à ces conditions climatiques extrêmes et il est probable que tous les outils industriels devront faire face à une pénurie de légumes », peut-on lire dans le communiqué.

H.P.