La météo clémente en mars n’a pas fait l’affaire des producteurs de chicorée. L’offre était trop abondante face à la demande. Mais contrairement à la laitue, les cours sont restés au-dessus de leur niveau de mars 2016 et de leur moyenne pour la période allant de 2011 à 2015. Ce sont les conclusions de la dernière note d’Infos rapides mise en ligne par Agreste sur le site du ministère de l’Agriculture.

Avec 1 000 ha, en baisse de 2 %, les surfaces de chicorée d’hiver reculent de 2 % sur un an. « Les surfaces de chicorée frisée, qui représentent 56 % des superficies progresseraient de 6 % tandis que les surfaces de scarole subiraient un repli marqué de 10 % », décrit Agreste.

La production de chicorée d’hiver est estimée à 49 millions de têtes, en repli de 4 % sur un an. Celle de chicorée frisée progresserait de « 3 % ne parvenant pas à compenser le recul de 12 % de la production de scarole. Pour les deux variétés, la récolte d’hiver serait toutefois inférieure à la moyenne des cinq dernières campagnes. »