Dans une note Agreste publiée le 25 janvier 2018, le ministère de l’Agriculture constate un tassement des cours de la laitue à la fin de la campagne de 2016-2017, après l’envolée des cours hivernaux due au manque de disponibilités en France et en Europe.

Au début de la campagne de 2017, les tarifs sont restés en deçà de ceux du début de la saison précédente, dans un contexte où l’offre, favorisée par les bonnes conditions météo, s’accélérait. « Les prix se sont ensuite nettement redressés au cours de l’été, la récolte ayant été en partie fragilisée par les coups de chaud », décrit le ministère. D’octobre à novembre, sous l’effet d’une offre en hausse, les cours ont décroché, avant de remonter en décembre.

Sur les deux premiers mois de la campagne d’hiver, les importations de laitues affichent 11 700 tonnes, en baisse de 12 %, et les exportations perdent 16 %, avec 2 630 tonnes. Le déficit se réduit sur un an.

Surfaces en baisse

Selon les estimations au 1er janvier 2018, les surfaces de laitues d’hiver de la campagne d’octobre 2017 à avril 2018 représentent 3 960 ha, en retrait de 9 % sur un an. La production atteint 296 millions de têtes, soit un recul de 6 % sur un an. « Si la production du début de l’automne a été en hausse sur un an, elle se replie en revanche à partir de novembre par rapport à la même période de 2016, détaille le ministère. Cette dernière tendance pourrait perdurer jusqu’à la fin de la campagne. »