La première étape vers la fin de l’accès aux produits phytos pour les particuliers a été franchie ce 1er janvier 2017, Dans le cadre de la loi sur la transition énergétique du 17 août 2015, la vente en libre-service de produits phyto « chimiques » (1) est désormais interdite. La seconde étape, qui interdira totalement la vente aux particuliers, entrera en vigueur le 1er janvier 2019.

« Garantir la délivrance d’un conseil adapté »

Le ministère de l’Environnement rappelle, dans un communiqué paru le 4 janvier 2017, que la mesure a été prise dans l’objectif de « garantir la délivrance d’un conseil adapté, notamment pour les produits les plus dangereux », et impose aux distributeurs d’installer « des aménagements spécifiques empêchant l’accès direct au produit ». Il dirige les jardiniers amateurs vers le site : www.jardiner-autrement.fr.

Selon le ministère, qui s’appuie sur un sondage d’Ifop réalisé à l’automne 2016 (2), cette mesure est « largement plébiscitée par les Français ». D’après le sondage, ils sont 93 % à juger que « l’interdiction de la vente en libre-service des pesticides [est] justifiée ».

A.Cas.

(1) Les produits utilisables en agriculture biologique (UAB) ne sont pas concernés par cette interdiction.

(2) Selon un sondage d’Ifop réalisé pour l’Onema auprès d’un échantillon de 1 002 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus (représentativité assurée par la méthode des quotas), par questionnaire auto administré en ligne du 3 au 7 novembre 2016.