« Lors du conseil spécialisé horticole de FranceAgriMer du 7 juin 2016, l’ensemble des syndicats de producteurs de la filière a déposé une motion constatant le désintérêt évident des pouvoirs publics à l’égard d’une filière qui disparaît méthodiquement », annonce dans un communiqué de presse l’Uniphor (Union nationale des intérêts horticoles, Coordination rurale) du 10 juin 2016.

Des crises successives

Ce que l’Uniphor pointe du doigt depuis fort longtemps n’est désormais plus contestable. « Le ministère de l’Agriculture n’a jamais pris en compte les crises successives que la filière a traversées, ajoute le syndicat. Il s’est contenté de faire disparaître les budgets qui lui étaient alloués et d’augmenter les charges (fiscales, sociales et environnementales) qu’elle devait supporter. »

« Par le passé, l’horticulture ornementale permettait d’endiguer les crises d’autres filières en finançant la mutation de diverses exploitations vers la production florale. Parfois, l’État accordait des privilèges douaniers horticoles à des pays tiers en échange de contrats industriels. Puis, après avoir été utilisée, la filière a connu l’indifférence totale », constate l’Uniphor.